Archives par mot-clé : science fiction

[Projet] Les combattants de l’invavisible

Share Button
ÉCRITURE
150 000/180 000 signes

Phase : Écriture

Date de fin : avril 2020

Type : Roman

Genre : imaginaire, jeunesse +12 ans

Accroche : Depuis son accident, Amauri n’a plus de bras gauche, mais ce n’est vraiment pas ce qui le définit ! Il préfère qu’on remarque son sens de l’humour. Il a 13 ans, il vit à la campagne, et a des parents fortunés, mais souvent absents. Pour aller au collège, lui et quatre autres jeunes qui habitent sur le trajet empruntent un minibus. Un matin comme les autres, Amauri et ses camarades ont la surprise de voir que leur chauffeur a été remplacé par une certaine Madame Lièvre. Elle semble bien jeune et plutôt maladroite au volant… Embardée à gauche, embardée à droite et voilà que le minibus plonge depuis le pont ! Le choc n’arrive jamais. Les enfants se réveillent dans le véhicule et dans un autre monde, très bizarre… Ils n’auront pas le temps d’y jouer les touristes ; on le leur dit d’emblée : ils ont été kidnappés  ! Pour regagner leur liberté, pas de rançon, mais leurs actions. Ils doivent livrer bataille contre l’impossible, lutter contre une espèce invasive et invisible pour les habitants de Terraminus.

Dédicaces au Cultura d’Aubagne

Share Button

Le dimanche 15 décembre, de 10h à 18h, vous pourrez me rencontrer au Cultura d’Aubagne.  Les livres sont toujours de très bons présents de Noël, n’est-ce pas ? d 

Sur ma table à dédicace, vous trouverez :

  • Le Crépuscule d’Æsir, (Plume Blanche) un roman de Dark-Fantasy à destination des jeunes adultes et adultes.
  • Inséparables, (Magnard) un thriller futuriste pour les ados et les adultes.
  • La nuits tous les jouets sont gris (Rageot), un roman policier pour les enquêteurs en herbe, à partir de 8-10 ans.

J’espère vous voir nombreux 🙂 

Eternel-22 – Yvan Barbedette

Share Button

Dans son roman publié au Grimoire, Yvan Barbedette nous donne à suivre deux fils narratifs. Celui qui concerne Roy et son entourage, aux environs de l’an 3000, dans une société « utopique » où les humains atteignent l’immortalité à 22 ans, et les évènements fondateurs de cette société. Lesquels sont à découvrir, au fil des pages, en scrutant le passé, aux alentours des années 2090, lorsque deux Terriens issus de l’ingénierie génétique tentent de perce le mystère d’un objet extraterrestre visitant notre système solaire. Cette division dans la narration pourrait constituer un écueil si l’auteur n’avait pas choisi et réussi à distiller les informations avec parcimonie, de manière à conserver du suspense.

Si le début du roman montre quelques longueurs (et langueurs chez Roy) cela fonctionne assez bien, en sous-texte, pour nous exprimer d’une autre manière le caractère pesant, malsain, mensonger, de cette société future qui abolit le cycle de la vie et renverse celui de l’amour. Avec plusieurs moments d’action et retournements de situation, l’auteur nous permet de nous raccrocher facilement aux ramifications de sa trame, d’y trouver de nouveaux aspects intéressants.

Il ne s’agit pas de hard-science, mais plutôt d’une science-fiction enrichie de quelques éléments plus pointus pour asseoir le réalisme du texte. Le roman d’Yvan Barbedette se focalise davantage sur l’humain (sociologie, psychologie, croyance, et même art graphique) que sur les prodiges technologiques qui placent les Terriens dans un monde, de prime abord idéal, mais dans lequel ils ont finalement régressé et perdu leur liberté…

Un roman construit intelligemment, bien écrit et dépaysant, dans un univers original. Il s’enrichit d’illustrations sympathiques de Ronan Lescop et de compositions musicales de Donat Watine ouf