Eternel-22 – Yvan Barbedette

Share Button

Dans son roman publié au Grimoire, Yvan Barbedette nous donne à suivre deux fils narratifs. Celui qui concerne Roy et son entourage, aux environs de l’an 3000, dans une société « utopique » où les humains atteignent l’immortalité à 22 ans, et les évènements fondateurs de cette société. Lesquels sont à découvrir, au fil des pages, en scrutant le passé, aux alentours des années 2090, lorsque deux Terriens issus de l’ingénierie génétique tentent de perce le mystère d’un objet extraterrestre visitant notre système solaire. Cette division dans la narration pourrait constituer un écueil si l’auteur n’avait pas choisi et réussi à distiller les informations avec parcimonie, de manière à conserver du suspense.

Si le début du roman montre quelques longueurs (et langueurs chez Roy) cela fonctionne assez bien, en sous-texte, pour nous exprimer d’une autre manière le caractère pesant, malsain, mensonger, de cette société future qui abolit le cycle de la vie et renverse celui de l’amour. Avec plusieurs moments d’action et retournements de situation, l’auteur nous permet de nous raccrocher facilement aux ramifications de sa trame, d’y trouver de nouveaux aspects intéressants.

Il ne s’agit pas de hard-science, mais plutôt d’une science-fiction enrichie de quelques éléments plus pointus pour asseoir le réalisme du texte. Le roman d’Yvan Barbedette se focalise davantage sur l’humain (sociologie, psychologie, croyance, et même art graphique) que sur les prodiges technologiques qui placent les Terriens dans un monde, de prime abord idéal, mais dans lequel ils ont finalement régressé et perdu leur liberté…

Un roman construit intelligemment, bien écrit et dépaysant, dans un univers original. Il s’enrichit d’illustrations sympathiques de Ronan Lescop et de compositions musicales de Donat Watine ouf

[Parution] Gravée dans la pierre, Cyril Carau

Share Button

Chez Gloriana éditions, la collection LoveStory accueille des romances contemporaines, douces et prenantes. Avec Gravée dans la pierre, leur dernière parution, Cyril Carau nous raconte le quotidien d’une jeune working girl à qui tout ne réussit pas vraiment… En panne sentimentalement, Sherri déprime. Comptable dans une grande firme, elle ne trouve plus son équilibre et délaisse sa passion pour la sculpture, le dessin ou la création de bijoux.  Ni sa meilleure amie très bavarde, ni son cousin un peu perché ne parviennent à lui redonner le sourire. Et dans son travail, tout se complique avec un nouveau contrat, des voyages et l’arrivée d’ un riche homme d’affaires dont la réputation de requin n’est plus à faire… Mais n’est-ce pas ce dont Sherri a besoin pour se sortir de sa torpeur ? De nouveaux enjeux professionnels, du mouvement, des lumières, des rebondissements et des relations tumultueuses avec un homme qui dissimule lui-même une part de mystère ?

 

Sur l’écorchure de tes mots – Pascaline Nolot

Share Button

Roman de littérature blanche contemporaine, Sur l’écorchure de tes mots, édité par le Chat Noir, s’adresse aux grands adolescents et aux adultes. Il relate l’existence morcelée d’un frère et d’une sœur, après un accident terrible qui a défiguré cette dernière. Séparés depuis le drame, le hasard remet Sid et Emma en présence, et c’est un nouveau bouleversement…

Le texte est très bien écrit, servi par une plume habile à créer l’empathie chez le lecteur. Chapitre après chapitre, grâce à une narration qui alterne les points de vue et les époques, on s’achemine vers les révélations concernant l’accident, ses circonstances et répercussions traumatiques. Puis la narration s’ancre dans le présent et Sid et Emma, brouillés, blessés dans leur tête et dans leur chair, auront le choix de se retrouver, de redire « nous », d’écrire à deux la suite de leur existence. Laquelle réserve des bonheurs et des surprises…

Une histoire avec du fond, profond, documenté et présenté avec vraisemblance et rigueur. Une histoire touchante, sur des thèmes difficiles, car tragiques et traités jusque dans l’intimité des pensées des personnages. Les deux protagonistes principaux ont en effet chacun une « voix », une vraie personnalité, grâce au style ciselé et à la sensibilité de l’auteure. love