Archives par mot-clé : thriller

Parution et bande-annonce d’Inséparables

Share Button

C’est aujourd’hui que paraît officiellement mon roman Inséparables. smile Vous êtes quelques-uns à le guetter dans les rayons de votre libraire, ou à l’avoir précommandé. J’espère que vous ne serez pas déçus de votre lecture ! Moi, je suis un peu à court de mots pour vous en parler tic L’émotion peut-être ? ou bien c’est que j’ai tout mis dans le récit et c’est tant mieux… Mais voici, ci-dessus, le « book-trailer », pour finir de vous édifier sur l’ambiance, thriller, anticipation d’Inséparables.

oops Un grand merci aux chroniqueuses qui ont lu en avant-première le roman et m’ont offert des retours si positifs. Des citations et liens vers leurs critiques sont à découvrir au bas de la page consacrée à mon roman. D’autres avis suivront !

Un très grand merci à toutes celles et ceux qui m’ont accompagnée dans cette aventure, dans mon entourage love  et chez Magnard, collection M  rose

Enregistrer

Inséparables

Share Button

inseparables_elie-darco_p

« Ballottés au gré des affectations successives de leurs parents militaires, Alec et sa sœur Beryl sont un peu livrés à eux-mêmes. Complices et inséparables, ils aiment repousser leurs limites et tenter des expériences dangereuses, quitte à enfreindre les règles de la société sécuritaire dans laquelle ils vivent. Et quand la famille échoue dans une petite ville perdue au milieu de la forêt, loin des tripots clandestins, des salles d’arcade et de toute animation, l’ennui les gagne.

Un soir, ils subtilisent l’arme de leur père et vont s’amuser en cachette à tirer dans les bois. Des camarades de classe qu’ils n’attendaient pas les rejoignent. Leur séance s’achève par une forte détonation qui sème la panique…

Le lendemain, la police se présente chez eux et leur apprend qu’une jeune fille a été trouvée morte, à côté de là où ils s’entraînaient au tir. Tandis qu’un profond malaise s’empare des habitants, Alec et Beryl sont sur le qui-vive et cherchent à comprendre. Envers et contre tous, ils devront se montrer plus soudés que jamais pour résister dans ce monde où désormais, tout leur échappe…

Un thriller haletant, teinté de science-fiction, qui nous emmène aux confins d’un univers angoissant où les repères humains deviennent de plus en plus flous. »

Continuer la lecture de Inséparables

Mon roman, Inséparables sur le chemin de l’édition

Share Button

Une très bonne nouvelle ! Roman policier et d’anticipation à destination des adolescents et jeunes adultes, Inséparables a été retenu pour publication par Magnard Jeunesse ! Depuis le mois d’avril, date de sa soumission, mon récit a franchi les étapes du comité de lecture, de la direction éditoriale et, après un travail empressé et enthousiaste, avec mon éditrice, Mélanie, il va être présenté à la presse et aux professionnels du livre sous la forme d’épreuves. Pourvu qu’on lui fasse bon accueil, avant son grand oral avec les lecteurs ! xd

Ci-contre, et parce que ce titre disparaît de mon diaporama des manuscrits en recherche d’éditeur, la petite image que j’avais choisie pour illustrer l’ambiance du récit : forêt, obscurité et brumes mystérieuse…

Bientôt, l’aperçu du futur visuel de couverture mrgreen

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

En danger de mort

Share Button

Peinture digitale d’inspiration policière

Bonne année et bonne nouvelle !

Share Button

A vous tous qui échouez parfois dans les rouages de ma machine à rêver, je vous souhaite de vivre une merveilleuse année 2011.

Pour ma pomme, elle commence pas mal, en ce qui concerne les publications, puisqu’un projet qui me tenait particulièrement à coeur va se concrétiser. Il s’agit de l’édition du roman de Cyril Carau, le chant du cygne, court polar historique que j’ai illustré de 23 encres, rappelez-vous c’était le sujet de deux de mes précédents billets.

Au printemps 2011 donc, sortira Le chant du cygne aux éditions de la Frémillerie, mon contrat d’illustration est arrivé aujourd’hui, d’ailleurs…

Bientôt d’autres informations et en attendant voici un morceau de l’une de ces encres :

Mystères et Mauvais Genres

Share Button

Anthologie que j’ai eu le plaisir de diriger, de préfacer et d’illustrer pour le compte des éditions Sombres Rets.

Elle se compose de 15 textes qui font honneur à tous les mauvais genres : du policier à la science-fiction, de l’érotisme au récit historique.

Les nouvelles sont signées Sébastien Ruche, Christophe Nicolas, Arnaud Cabanne, Michaël Moslonka, Guillaume Suzanne, Bruno Grange, P.R. Tohril, Gabriel Féraud, David Osmay, Anne Goulard, Richard Mesplède, Ombeline Duprat, Cyril Carau, Lucie Chenu et Aurélie Wellenstein.

 

Voici le texte de quatrième de couverture :

La porte se ferme, emprisonnant un pan de brume et l’odeur de la ville. Une silhouette s’avance entre les rayonnages, le pas vif, tous les sens aux aguets. Sa main glisse sur la tranche d’un livre dont elle se saisit avidement. Elle plonge entre les lignes à la rencontre…

… d’un inspecteur qui côtoie la mort de près,
… de l’ambiance torride et dangereuse du Brésil,
… d’un desperado acculé par des chasseurs de prime,
… des lieux où règnent la folie, la hantise et le vice,
… d’un fait divers à vous glacer les sangs.

À la croisée des genres, entre enquêtes policières, aventures surnaturelles et énigmes de la science-fiction, cette anthologie s’adresse à tous les amateurs de frissons et de mystères.

 

Les premières lignes de ma préface :

” Quand on s’interroge sur le genre d’une œuvre littéraire, on se penche sur les critères de forme, de contenu, de registre ou de style qui la différencient d’une autre. Récits policiers, horrifiques, érotiques, fantastiques, d’espionnage, d’aventure, récits de science-fiction ou de fantasy et mouvances associées, autant de livres que certains voudraient classer au rang des livres de mauvais genres. Mais à dire vrai, rares sont les lecteurs qui cherchent à catégoriser ainsi l’aimable compagnon qui se glisse dans un sac, prend le frais à l’heure du déjeuner, se fait chahuter dans les transports ou rejoint le coin d’une table de nuit jusqu’au prochain moment de liberté… “