L’île aux Panthères – Guillaume Le Cornec

Share Button

Dans l’île aux Panthères, paru aux éditions du Rocher, cinq collégiens se trouvent mêlés à de drôles d’histoires qui prennent pour cadre la ville de Nantes à notre époque, mais se ramifient vers Yougoslavie, la Chine et dans le passé. Pour révéler les secrets qui entourent l’île de Nantes, résoudre un mystère archéologique et déjouer les plan de terrifiants malfrats, les cinq amis forment un groupe d’enquête : les JAXON. Ils vont mettre en commun leurs talents  et en danger leurs existences, leurs liens — entre eux et avec leurs parents…

Avec beaucoup de rythme, d’allant, l’auteur déroule son histoire, rebondit sur le vécu de ses personnages, les péripéties qui les frappent et les particularités étonnantes des cinq jeunes héros. Ce n’est pas toujours très vraisemblable, mais c’est très divertissant. L’auteur a la fibre écologique, le goût de l’aventure, l’amour du pulp et du polar et ça se sent.

Le style est nerveux, particulier, avec beaucoup de personnalité, un vocabulaire riche et imagé. Il conviendra mieux à des jeunes lecteurs plutôt aguerris, et ayant déjà fait l’expérience des « gros » romans. L’île aux Panthères est le premier tome d’une saga jeunesse qui relatera le devenir et d’autres enquêtes des JAXON.

[Parution] Les orphelins du sommeil

Share Button

Auteure des larmes de l’Araignée, Pascaline Nolot signe ici son deuxième ouvrage jeunesse dans la collection Chatons Hantés des éditions du Chat Noir.

Les orphelins du sommeil, ce sont quatre jeunes à avoir rejoint Dormance, un institut spécialisé dans les maladies du sommeil. En plus de comprendre leurs maux ou d’entreprendre un voyage vers la guérison, Marcus, Joane, Sam et Mina vont dévoiler les secrets qui se cachent derrière les murs l’institut. Leur amitié et leur intrépidité va changer leurs faiblesses en forces…

Avec beaucoup de sensibilité et d’inventivité, Pascaline Nolot nous fait basculer dans la vraie dimension des rêves.

 

Seconde nature – Emmanuel Ardichvili

Share Button

Roman d’anticipation, Seconde nature, paru chez Le Lamantin, s’adresse à tous les lecteurs à partir de 13 ans. Le roman débute par une exposition assez classique, autour de Léo, le personnage central : sa vie, l’école, ses relations avec ses parents, ses amis… quoique l’univers Science-fiction du récit, soit déjà bien campé, particulier et coloré. Puis la pression sur le héros s’approfondit et l’action devient de plus en plus rapide. Les bouleversements qui le frappent rendent la lecture enrichissante, prenante. J’ai, par exemple, beaucoup aimé les passages concernant les changements qui le frappent, notamment ce qui est dit de ses perceptions. C’est bien rendu, décrire avec vérité ce type d’évolution n’est certainement pas facile.

Brillant par de nombreux aspects, le texte fait montre de bons ingrédients de fond, de personnalité, contient des messages écologiques, de l’aventure, du suspens et il est supporté par un style agréable.

Un roman polymorphe et ramifié, tout autant qu’un thalle mycélien… (blague de geekobiologiste à l’attention de l’auteur, faites pas attention  :crazy:  )