Archives par mot-clé : avis

Quatre conseils pour une soumission

Share Button

Avec ce message, j’ai un peu l’impression d’enfoncer une porte ouverte, mais n’est-ce pas toujours le cas lorsqu’en toute innocence, on discute d’un sujet mainte fois traité et qui intéresse tous les écrivaillons que nous sommes ?

Tant pis, disons qu’avec cet article, je n’ai d’autre ambition que de créer un petit pense-bête ou de dénoncer quelques idées reçues.

Voici des choses à faire et à ne pas faire quand on soumet un manuscrit à une maison d’édition…

  1. Vous renseigner sur la maison d’édition  :
    1. Visiter les murs, physiques ou virtuels,
    2. Prendre connaissance de leurs modes de fonctionnement, tirage, diffusion,
    3. Etudier leurs publications en librairie, lire un ouvrage paru chez eux, dans le même genre que celui que vous souhaitez leur envoyer, si possible.

       .

       .Première porte : certains d’entre potassent le menu vingt bonnes minutes pour savoir quoi manger, d’autres mettent une heure pour choisir leurs fringues la veille d’une soirée, six mois pour l’achat d’une maison, des années pour l’orientation sexuelle et pour l’épineux problème qui consiste à choisir un éditeur entre les mains bienveillantes duquel on placera le travail d’années ou de toute une vie, euh… quoi ? cinq minutes ? Le temps de trouver une adresse sur le net ou de faire des copier-coller de mail à toutes une liste d’éditeurs trouvés au hasard dans un annuaire de liens ou dans un sujet de forum ? « Ratisser large » ne veut pas dire balancer son manuscrit en aveugle.  crazy

       .

  2. Vérifier que votre manuscrit sera bien reçu :
    1. Les soumissions sont-elles possibles actuellement ?
    2. A quelles conditions ?
    3. Pour quelles collections ?
    4. Quelles consignes d’envoi, de présentation, de taille ou autre, sont imposées ?
    5. On demande un résumé, une biographie, une bibliographie, une simple lettre d’accompagnement ?
    6. En faire plus ou trop, n’est pas bien non plus. Référez-vous scrupuleusement à ce qui est demandé. Exemple : Vous croyez bien faire, être sérieux, en envoyant vos manuscrits en recommandé ? Mais les éditeurs aussi détestent devoir se lever le samedi matin pour aller à la poste, alors qu’ils n’avaient rien demandé de tel… flap

       .

      Même chose en ce qui concerne les mails de trois pieds longs, révélant tous vos espoirs, votre généalogie, le comment et le pourquoi de l’ouvrage que vous avez commis… Il faut se borner à ce qui est stipulé. Dans le doute, précisez que vous pouvez sur demande apporter des tas d’autres informations, cela suffit. .

       .

      Deuxième porte… Autant d’éléments qui semblent rébarbatifs au regard de votre enthousiaste à livrer votre « roman chéri » mais qu’il faut absolument  respecter sous peine d’être disqualifiés bêtement.  Même chez les toutes petites enseignes, on reçoit des dizaines voire des centaines de manuscrits par an. Combien de romans lisez-vous vous-mêmes dans le même espace de temps ? Voilà pourquoi beaucoup de manuscrits sont refusés sans même être lus.

       .

  3. Optimiser la qualité de votre manuscrit :
    1. Etre intransigeant. Ne mégotez pas sur vos relectures et vos corrections. En plus de vos bons vieux dicos et bescherelles, il y a des tas de ressources gratuites en ligne. Lexilogos, Le conjugueur.
    2. Utiliser des logiciels de correction, hélas payants, celui de word, openoffice ou antidote.
    3. Recourir à un avis extérieur : ami, famille sont vos premières cibles, si vous craignez la complaisance, adressez-vous à des collègues d’ateliers d’écriture, des communautés d’auteurs en herbe, des initiatives comme les bêta-lecteurs de cocyclics.

       .

      Mais attention ! cela fonctionne au volontariat : un prêté pour un rendu. Ce qui peut d’ailleurs vous apporter un double bénéfice : corriger les autres vous servira à vous corriger vous-mêmes. Réfléchir à la structure du récit d’un autre, vous permettra de mieux la discerner dans votre propre texte.

       .

      Troisième porte… Notez bien que si nous ne sommes pas égaux devant l’éternelle perfection syntaxique nous ne le sommes pas non plus en ce qui concerne les capacités rédactionnelles. Il y en a pour qui le premier jet est rapide et presque parfait, pour d’autres l’écriture est laborieuse, longue et répétitive. Faites-en votre deuil, les facilités s’effacent lorsqu’il n’est plus question que de juger le résultat final et votre talent.  rose

       .

  4. Gérer l’aspect émotionnel :
    1. Rester patient, très patient parfois, cela fait partie du jeu, on ne vous octroiera aucun passe-droit. Mettez le temps d’attente à profit pour écrire un nouveau récit.
    2. Persévérer en cas de refus. La norme est qu’il se compte en dizaine. Ne pas désespérer, les éditeurs ont des goûts très différents. Et vous savez ce qu’on dit des goûts et des couleurs, n’est-ce pas ?
    3. Si vous avez eu des retours argumentés, mettez-les à profit avant une nouvelle soumission. Cela ne signifie pas qu’il faut tout réécrire ou prendre au pied de la lettre les avis et commentaires émis sur votre texte, cela signifie qu’il est peut-être intéressant de vous octroyer une courte période de réflexion sur ce qui a été dit. Vous déciderez alors si les arguments qu’on oppose à votre texte se tiennent ou pas du tout. Mais faire l’autruche, même les autruches elles-mêmes le déconseillent. mrgreen
    4. Evitez de faire part aux éditeurs de votre déception, de façon trop virulente. Jouez-la fairplay, dites-vous bien que l’éditeur juge UN texte et non pas celui qui l’a écrit. Ce n’est pas personnel, ce n’est même pas jouissif de dire non, à part pour la minorité dans la profession qui se réclame du sadisme (dans les petites maison, on est plutôt sadomaso : beaucoup de boulot, zéro euro). Cela vous atteint, c’est normal, mais dans ce cas précis la colère rentrée vaudra mieux qu’une explosion qui vous fera passer pour un irascible et égocentrique newbie.

       .

      Quatrième porte…  Si vous grimpez sur vos grands chevaux, vous êtes à peu près sûrs de vous « griller » auprès de l’éditeur en question, voire auprès de ses collègues, car si les auteurs cassent du sucre sur le dos des éditeurs, vous pensez bien que les éditeurs le font aussi. angry.Je pense bien que je vais encore me faire des copains avec ce que je viens d’écrire. mrgreen

       .

       .

Sur ce, je vous souhaite à tous  (et à moi aussi, par la même occasion,  tong ) de la chance dans vos recherches d’éditeur.

Des critiques et des textes

Share Button

Avec ma participation à deux anthologies en cette fin d’année, j’ai récolté quelques critiques sur mes textes.

D’une manière générale, l’anthologie Or et Sang et l’anthologie Pouvoir et Puissance ont toutes les deux eu droit à des avis plutôt positifs.

Voici des extraits qui concernent mes textes :

Change-peaux dans Pouvoir et Puissance

sur psychovision :  » Parmi les textes qui m’ont le plus séduit, je vais donc maintenant vous parler tout d’abord du remarquable texte d’Elie Darco qui signe ici avec Change-Peaux, une magnifique nouvelle pleine de violence et de désespoir, une longue tragédie sur fond d’Afrique noire et de dieux oubliés, un texte très fort qui vous glacera le sang. Avec cette nouvelle toujours aussi bien écrite, Elie Darco est une plume à surveiller de très près ! »

sur ouvoir-et-puissance--cyril-carau-dir&catid=62:anthologies&Itemid=94" target="_blank">Mythologica :  » Change-peaux d’Elie Darco est, je crois, la nouvelle la plus longue de l’anthologie. Elle est surprenante par plus d’un aspect. Il est difficile de la classer même si je dirais plutôt que c’est un récit Fantasy décrivant uns société préhistorique. Je ne développe pas trop l’histoire pour éviter de spoiler mais l’inattendu est au bout du chemin et vous pourrez vous rendre compte que le pouvoir est un allié très dangereux. »

L’orbe d’or dans Or et Sang

sur vampirisme :  » L’ensemble n’est cependant pas parfait, et certain textes ne sont ainsi pas parvenus à me captiver, comme « De l’or plein les mains » ou encore « L’Orbe d’or » (d’autres nouvelles mettant en scène des alchimistes m’ont semblées plus accrocheuses). »

En réalité ma nouvelle ne met pas en scène d’alchimiste tic, ce qui est par contre le cas de Les crocs de la Basilicate qui sera publiée si tout va bien en octobre 2010 dans l’anthologie Les dames baroques, aux éditions du Riez.

sur Mythologica :  » Le texte d’Elie Darco est une pure merveille et en deux nouvelles il est parvenu à me convaincre de son talent. L’orbe d’or fait partie pour moi des meilleurs textes proposés ici au jugement des lecteurs. »

Là, ça me plait surtout parce qu’on me prend pour un gars !  :idea:

En tout cas, quelque soit la chroniques, ça fait plaisir d’avoir des retours !  rose

Des retours sur les textes…

Share Button

SV10 - Des retours sur les textes…

Hier, Cyril Carau était en dédicace avec l’Ange de Marseille à la librairie Soleil Vert. La journée a été très plaisante ( lire le compte-rendu que j’ai rédigé pour les éditions Sombres Rets). Ce fut l’occasion de très belles rencontres avec Herveline (en noir) et Dominique (en rouge) qui nous avaient si gentilment rose invités, ainsi qu’avec Laurent Girardon (l’homme à la casquette). Nous avons pas mal échangé sur l’écriture, l’édition… entre autres choses wink


Ce jour, nous avons pris connaissance avec un peu d’émotion de la critique de Masques de Femmes sur Psychovision (notre première critique officielle !)masquesdefemmes - Des retours sur les textes…

Un grand merci à Chaperon Rouge ! love ça fait toujours plaisir d’avoir des retours sur son travail, sur le blog de Masques, nous avions déjà mis en ligne des extraits et des liens vers des avis de lecteurs.

C’est à la fois surprenant et touchant de voir comme les gens peuvent se montrer enthousiastes, perspicaces au point de lire entre les lignes et de voir au-delà du récit et de l’image.

Faire l’effort d’un commentaire, c’est déjà remarquable et révélateur pour un auteur mais quand le lecteur apprécie, c’est plus qu’agréable, la boucle est bouclée : notre message est passé. L’oeuvre qu’on initie par l’acte d’écrire, ne vient réellement au monde qu’au travers du ressenti d’un tiers. Avant, c’est la continuité de la gestation.

[Chronique de lecture] La princesse noire, Serge Brussolo

Share Button

product 329943 - [Chronique de lecture] La princesse noire, Serge BrussoloSerge Brussolo est un conteur qui sait savamment faire revivre pour le lecteur les temps passés en leur donnant toute la saveur et la surprise d’une première fois. Avec La Princesse Noire, il nous emmène à la rencontre du peuple viking, post-christianisation, à une époque charnière où les anciens mythes côtoient la nouvelle religion. Inga, jeune orfèvre, incarne cette dualité, son père, ancien pillard des mers lui a enseigné ses croyances en Odin, Thor etc… sa mère convertie au christianisme, la pousse vers une vie citadine confortable, mais Inga est enlevée et vendue comme esclave à une étrange châtelaine sur une île où plus qu’ailleurs encore, on vit dans la superstition et les anciennes traditions du panthéon nordique.>tong>

Bien écrit et bien documenté, ce roman nous offre le frisson du récit d’épouvante, l’étonnement d’une bonne intrigue, ramifiée et mystérieuse, et un dépaysement assuré.>tong>

Il ne s’agit pas d’images d’Epinal, les terribles guerriers vikings à la base de nombreux récits sont ici abordés d’une autre façon : au crépuscule de leur conquête. Héros ou bourreaux, ils finiront par déposer les armes et rentrer à quai, promettant l’oubli à leurs croyances et à leurs usages guerriers.>tong>

Aussi, le temps principal de l’action se passe-t-il à terre, en compagnie de personnages aux motivations tortueuses, cruelles, dans une contrée rude où la loi reste pourtant celle du plus fort. Mais c’est aussi un récit intelligent, sensible, qui fait la part belle à cette force à vivre qu’ont les enfants. L’héroïne, à mi-chemin entre l’enfance et l’âge adulte, incarne, sans ostentation, la tolérance, l’espoir et la raison parmi des êtres marqués et influencés par les drames passés de leur existence.>tong>

Un beau récit, une belle aventure à dévorer d’une traite !

[Chronique de lecture] Erzebeth Bathory, la comtesse sanglante, Sophie Dabat

Share Button

erzbetbathory - [Chronique de lecture] Erzebeth Bathory, la comtesse sanglante, Sophie DabatSophie Dabat est une jeune auteure pétillante et passionnée de littérature fantastique qui signe une novella horrifique éditée aux éditions québécoises Les six brumes. Ce court ouvrage de 70 pages, au mignon format, donne l’impression d’un petit carnet intime. Et c’est bien l’intimité d’une femme très particulière que Sophie Dabat nous conte, avec une plume élégante et bien sentie, habile à faire vivre les émotions de son personnage.>tong>

On y entrevoit l’âme noire d’une créature orgueilleuse qui croît de l’enfance à son mariage et au-delà. On y flirte avec des codes médiévaux révolus, les superstitions populaires, l’influence de l’église en une époque et un lieu capable d’engendrer les plus abjectes cruautés.>tong>

La seconde partie de l’ouvrage peut paraitre assez elliptique, si on ne connait pas ce personnage historique. Au regard des détails de la première partie, on aurait souhaité en apprendre davantage, on ne nous dit que le meilleur et le pire comme les tranches de vie d’un journal intime…>tong>

En conclusion, c’est une lecture bien agréable cependant titillée par des coquilles typo et orthographiques.>tong>

[Chronique de lecture] Les Chroniques des Féals, Mathieu Gaborit

Share Button

2000feals - [Chronique de lecture] Les Chroniques des Féals, Mathieu GaboritJ’ai lu cet ouvrage en version poche « J’ai lu » soit 3 volumes intitulés dans l’ordre : Cœur de Phénix, Le Fiel et Le Roi des Cendres.

La lecture de deux autres ouvrages, Les Chroniques des Crépusculaires et Abyme m’avait laissé de très bons souvenirs, alors c’est avec entrain que j’ai commencé la lecture de cette nouvelle histoire. Mais au final, je m’en suis trouvée déçue.

S’il n’y a rien à dire sur le style : fluide et plaisant, si un imaginaire débordant et original se trouve à la source de toutes les idées de cet auteur, on ne peut que se trouver étonnée de la structuration même de celles-ci au sein d’un récit qui semble précipité, avec des bonnes idées sans suite, d’autres mal exploitées…

Gaborit place l’action dans un monde d’hommes en étroites relations, tant sociales, religieusesn que politiques avec des créatures magiques, les Féals, à l’apparence et au pouvoir étonnant : licorne, griffon… Ceux-là ont été à l’origine de la constitution du M’Onde par leurs batailles qui n’ont cessés que lorsque « leur part sombre » a été séquestrée à l’extérieur d’eux-mêmes. Mais dans l’ombre du M’Onde, existe la Charogne, le royaume des morts dont les ressortissants ne souhaitent qu’une chose : rejoindre le M’Onde et le conquérir. On suit les aventures d’un jeune garçon (du moins dans les deux premiers tomes) qui oeuvrera contre cette menace.

Rien de bien original donc, concernant ce personnage central durant le premier tome qui ressemble à tant d’autres courses poursuites à travers diverses contrées et en compagnie de différents personnages secondaires.

Mais déjà, on se trouve parfois étonné ou désarçonné par la rapidité de certains évènements, à la limite de la vraisemblance, le côté caricatural de certains personnages.

Dans le second tome cela empire, des personnages très accessoires à qui on accorde beaucoup de pages mais qui disparaissent complètement sans qu’on est eu vent de la finalité de leurs desseins pourtant développés par l’auteur, des relations entre personnage qui se nouent très rapidement, qui se révèlent au grand jour, sans presque de signes avant-coureur. Et des passages entiers qui n’apportent rien à l’intrigue principale sinon un éclairage (utile ?) sur l’univers.

Le tome 3 voit culminer tout ces problèmes mais j’y ajoute que l’auteur change à ce moment-là complètement de mode de narration : on a plus un personnage central mais diverses nouveaux personnages dont l’histoire s’alterne dans deux chapitres consécutifs. Notre héro lui « disparaît plus ou moins », nous laissant en compagnie d’un nouveau personnage clé assez anti-charismatique. Et pour finir le récit compte nombre d’incohérences, des liens forcés entre certains évènements, des raccourcis, des choses non élucidées, pour finir sur une chute ni surprenante ni assez bien développée pour qu’elle soit marquante ou simplement… « une chute »

Les quelques ajouts épistolaires de l’auteur à la fin de son ouvrage, me font l’effet d’un rajout forcé : des idées non exploitées qu’il souhaitait absolument mettre sur papier ?

En conclusion, je suis dans l’expectative, tant de belles idées, de matériaux et une exploitation si étrange, si rapide et inégale m’amènent à me poser des questions sur les motivations de l’auteur et sur une possible pression éditoriale (pour finir le bouquin à l’heure ? pour le boucler en un certains nombres de pages ?)