Archives par mot-clé : aesir

Æsir devient Le Crépuscule d’Æsir sous l’aile de Plume Blanche

Share Button

Tout est dans l’intitulé de ce message :

  • la bonne nouvelle de ce manuscrit enfin accepté par un éditeur,
  • le changement de titre comme pour marquer un renouveau après des années d’attente au gré des soumissions,
  • et l’impression de rejoindre une couvée d’auteurs gouailleurs, sous l’aile d’une maison bienveillante et qui aime l’évasion…

Qui aime, oui, jusqu’à adopter ce slogan : Parce que lire est le plus beau des voyages ! Donc Le Crépuscule d’Æsir et moi, nous irons sur les ailes de Plume Blanche à la rencontre de nos lecteurs en… 2019 !

J’entends des petites voix qui se joignent à l’une, mienne et intérieure : « …mais c’est beaucoup trop long, beaucoup trop loin… » et je réponds : Le Crépuscule d’Æsir, c’est 850 000 signes espaces comprises de Dark Fantasy. « Dark dark » selon Marion Obry, mon éditrice. Avec le recul, je me dis que ça n’aura vraiment pas été facile de le placer… (je ferai peut-être un petit billet à ce sujet) ce gentil pavé d’un genre peut-être moins « à la mode » que d’autres. Ce gros récit, il faudra le peaufiner, l’enluminer d’une couverture (je tremble d’impatience en pensant aux illustrateurs qui ont été contactés…)  et le promouvoir. En somme une belle et longue aventure qui débute avant même que vous ne lisiez la première page !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Æsir, présentation et extraits

Share Button

 .

  • Roman EN RECHERCHE D EDITEUR
  • Dark Fantasy
  • 850 000 signes espaces comprises

     .

 .

En quelques mots :

Aux confins des monts de Thulé, se dresse Æsir, une citadelle de pierre et de glace, qui défie les éléments et abrite la dernière lignée atlante. Cachés, oubliés des peuples barbares libérés du colonialisme par l’effroyable cataclysme qui fit disparaître Atlantis sous les eaux, les Æsirains voient leur destin les rattraper.  Des hordes arrivent à leurs portes par les chemins des cols…

Récits de bataille, vengeance, aventures, voyages, exil, survivance au deuil, trahisons, amours saphiques, intrigues de palais, camaraderie guerrière, rituels magiques et nécromancie, huit-clos psychologique, machination divine sont les thématiques principales de ce roman.

 .

Les premières pages :

Continuer la lecture de Æsir, présentation et extraits

La citadelle des cimes

Share Button

Illustration de mon roman Æsir

Un marathon pour un chapitre

Share Button

Ce week-end, tandis que mon âme sœur et collaborateur, appelé vers la lointaine capitale pour le Festival Zone Franche, présente les éditions Sombres Rets, moi je garde le fort. Sur la porte de l’appart, j’aurais pu poser un écriteau  « bulle d’écriture, no trepassing »  mais y’a jamais personne que moi qui comprend mes écriteaux… (mon ancien appartement en avait un où y ‘avait écrit : « mon trou de hobbit » mais ma vie d’alors étant désespérément vide de lecteurs d’imaginaire, il ne m’attirait que des froncements de sourcils et blague salace. )

Qu’importe ! j’y suis pourtant dans ma bulle, avec le nécessaire alimentaire pour tenir un siège et ne pas avoir à descendre la poubelle, toute entière dévouée à mon marathon pour un chapitre. Ma tâche est claire : venir à bout du chapitre 5 d’Æsir commencé ce matin même à 8 heures pétantes ! ouais plus ou moins quelques minutes, le temps d’avoir un café et une température décente pour travailler (Une distorsion spatio-temporelle ayant pour quelques jours propulsé Marseille et sa région sous des latitudes boréales). C’est une question d’honneur ! ce roman est en cours depuis trop longtemps ! (comme tous les autres me direz-vous si vous consultez ma page projets… mais personne n’est parfait…)

Samedi, 14h30 : l’heure est grave puisque j’en suis à 2000 signes d’un chapitre devant au moins en compter 60 000. Même si je décide que lundi, on sera encore en week-end (ouais moi aussi je peux faire des distorsions spatiotemporelles quand ça me chante d’abord…), ça risque d’être un brin juste, quand même.

Samedi, 17h00 : avec des périodes de pause ou de « je fais autre chose » de durée équivalente à celle de mes vraies périodes d’écriture, je plafonne à 7000 signes et n’en suis encore qu’à la première sous-partie. Je me donne une heure pour doubler le score… Plus la marche est haute…euh plus la marche est haute quoi…

Samedi, 19h00 : 12 000 signes, je jette l’éponge, le reste demain.

Dimanche, 17h30 : j’ai jeté toutes les bases du plan de ce chapitre et touche difficilement au 20 000 signes. La flemme dominicale ne m’a lâchée de la journée  lol

Lundi, 18h : je viens d’avancer vite et bien, 28 000 signes au compteur. Mon marathon est perdu mais je puis espérer finir avant le week-end prochain si je garde ce rythme, de plus le chapitre s’en va faire plus de 60 000 donc finalement.

En lorgnant sur ma page projets, je me dis que mettre un coup de pression de temps à temps est plutôt bénéfique.  Je devrais pouvoir tenir mes objectifs de l’année.

Æsir, ça déchire les petits nounours

Share Button

Titre évocateur de l’impitoyable violence dont je fais preuve dans ce récit. Si, si, j’vous jure lol Æsir aurait dû être une brave nouvelle de Fantasy, hommage à Smith et Howard (plus le premier que le second) qui finalement est devenue novella (tant y’avait de petits nounours à déchiqueter  :xd ), pour constituer au final le Livre I d’un roman.

J’en suis actuellement à coordonner mes idées et à finir le plan. Je vais profiter d’avoir pratiquement fini un autre projet (dont je parlerai une autre fois, c’est secret !) et de n’avoir pas d’AT en vue pour rédiger le Livre II. Si tout se passe bien, je devrai pouvoir finir ce roman avant la fin de l’année… ah ! optimisme, quand tu nous tiens ! mrgreen Trêves de bavardages…

Voici le début épistolaire du Livre I : Le jour dernier.