[Écrire un récit] trouver l’inspiration grâce au brainstorming

Share Button

couvFBpage-auteurHonte à moi ! Il y a bien longtemps (genre… 5 ans ? ) que j’ai délaissé cet axe sur les techniques d’écriture dans mes billets. Mon retour devant l’écritoire avec de nouveaux/anciens projets m’a entraîné à la (re)découverte du brainstorming…

Quand la boîte à idées, le paquet de post-it, le rêve de la nuit dernière, le ressac de la mer ou le besoin d’abstraction dans les transports en commun ne suffisent plus à faire tinter la clochette de votre imagination, il y a le brainstorming. Je n’aime pas trop les anglicismes, mais celui-ci fait exception.

Sur internet, avec ce mot-clef, on trouve quantité d’informations, de modes opératoires pour trouver des idées toutes neuves, les nuancer, les réorganiser, les développer, mais certaines ne sont pas adaptées à l’écriture. C’est sans prétention que je dresse la liste des dix « trucs » qui marchent plutôt bien pour moi, comme terreau à l’imagination. J’espère que certains procédés vous aideront à trouver l’inspiration.

 .

1 – Association

Créer un schéma ramifié ou « schéma-rose-des-vents ». Au centre d’une feuille, on écrit une idée centrale, un mot, un titre, voire : on fait un petit dessin. Ce point central peut découler directement de ce que vous avez trouvé précédemment avec d’autres exercices. Depuis ce point central, vous tracez des rayons et écrivez au bout de chacun un mot qui vous vient facilement (association de mots). Vous reprenez chaque mot et en associez deux autres en bout de vecteurs, jusqu’à remplir la feuille. Relier certains mots, les entourer par paquet pour réfléchir dessus.

 .

2 – Combinaison

À partir du schéma ci-dessus, par exemple, prendre deux idées/mots-clefs au hasard, et les combiner pour en faire émerger une troisième.

 .

3 – Condensation 

Pour trouver l’essentiel, partir sur une bonne base, scruter l’idée jusqu’à sa plus petite valeur possible : mieux la cerner et ensuite envisager ses ramifications. En 25 caractères puis 50, 100, 200… écrire des choses essentielles au récit. Ce peut-être un élément de l’histoire ou un but à atteindre dans le récit.

exemple :

L’univers est futuriste.

Les personnages doivent être aussi attachants que réalistes.

 .

4 – Amplification 

Considérer un élément, une situation dans votre récit et l’imaginer :

  • plus grand
  • plus petit
  • plus rapide
  • plus lent
  • plus dangereux
  • plus anodin
  • plus influent
  • plus localisé

     .

5 – Personnification

Listez vos personnages ou vos idées de futurs personnages et faites-leur écrire une réplique, un état d’âme, ressenti en utilisant la première lettre de leur nom (ou l’alphabet si les personnages n’en ont pas, l’important, c’est d’avoir une contrainte).

exemple :

Janelle – Je suis exsangue.

 .

6 – Inversion 

Prendre une idée, un élément, un pan d’intrigue et écrire en quelques lignes son inverse, utiliser des négations, des antonymes et remettre ainsi en perspective l’impact de cet élément sur le reste de l’intrigue.

 .

7 – Intrusion

Prenez une idée, axe de votre récit et endossez pour quelques secondes la peau d’un personnage connu, historique ou de fiction, de votre écrivain préféré, d’un ami… pour le lui faire formuler selon sa propre perception, ses propres expériences.

 .

8 – Exploration

Chercher des références, des définitions de mot ou de concept, faire de la bibliographie… Se renseigner sur telle ou telle pratique, évènement, sujet pour débloquer un nouveau pan d’idées et leur donner de la cohérence.

 .

9 – Sensation

La matière à un texte peut venir de nos cinq sens. Vivre une expérience, entendre un témoignage, se rendre dans un lieu qui ressemble à celui utilisé dans votre roman pour ressentir une émotion, humer une odeur… voir, écouter, goûter, toucher… La mise en œuvre de cette méthode n’est pas aisée, mais il est toujours possible de :

  • Écouter de la musique : bandes-originales de films, jeux/séries, style musical en accord avec l’univers du récit.
  • Regarder des images « évocatrices », en vous rendant par exemple sur un site de partage, expo, ventes d’images (Flickr, Dreamstime, Pixabay…) et taper un mot-clef associé à votre univers. Une belle photo peut générer des tas d’idées. smile

     .

10 – Mutualisation

Comme dans un célèbre jeu télévisé, on peut faire appel à un ami (auteur ou non) pour se décoincer. Parfois devoir expliquer à autrui son problème vous met sur la piste de la solution. Autrui peut aussi décider de vous faire cadeau d’une idée et vous sortir d’embarras…

 .44

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Entrevues des auteurs de Tombé les voiles

Share Button

mille-saisonsLa troisième anthologie du prix Mille Saisons a fait son entrée au catalogue du Grimoire lors de Livre Paris. Les auteurs dont les nouvelles ont été retenues ont trouver leurs premiers lecteurs, et la plateforme de votes qui permettra de désigner le texte, l’illustration, la musique les plus prometteurs sera disponible d’ici la fin du mois. smile

En attendant, voici les interviews des novellistes de l’anthologie Tombé les voiles, menées et montées par les membres de l’équipe de Mille Saisons (Joanna Blin, Sébastien Boudaud, Elie Guillot, Fabien Huchet, Arnaud Perrin, Olivier Portejoie, Tiphaine Riou)

 

Cet article sera mis à jour dès que les dernières vidéos seront disponibles.  wink

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Livre Paris 2017

Share Button

Affiche-LP207-vignetteGrâce au Grimoire et amis du prix Mille Saisons, je participe à l’évènement Livre Paris qui se déroule Porte de Versailles du 24 au 27 mars 2017.

Je serai présente toute la journée du vendredi 24 et du samedi 25, ainsi que le dimanche 26 en début d’après-midi, sur le stand des éditions du Grimoire, espace Imaginaire et Jeu de rôle, stand R50, R52, S51, S49.

 .

TOMBELESVOILES_HDcouverture-cour-des-miraclesEn compagnie des artistes de ce recueil, parmi lesquels Philippe Deniel et Danü Danquigny, je signerai des exemplaires de la récente anthologie Tombé les voiles (ma nouvelle Sous un voile d’ombre y a pris place), ainsi que L’arénaire du Deucalion, dans la Cour des miracles, prix Mille Saisons 2016.

 .

Le lauréat de ce prix, Philippe-Aurèle Leroux, sera fier de vous dédicacer en avant-première, son roman : L’Empire des Chimères.

John Lang, Eric Carey et Guillaume Albin signaront Le Bestiaire des environs de la Terre de Fang, une nouveauté dans la saga du Donjon de Nalheubeuk.

Et bien sûr, de nombreux autres ouvrages seront à découvrir sur le stand, pour tous les amateurs de jeux de rôle, BD, manga, romans des littératures de l’Imaginaire…

Le samedi, à 19h, on connaîtra le résultat des votes autour de l’anthologie Du plomb à la lumière, soit les noms de l’auteur, de l’illustrateur, du compositeur, lauréats du prix 2017. Un moment convivial pour parler création autour d’un verre.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Inséparables, chronologie : du 1e mot à sa sortie en librairie

Share Button

inséparables_chrono15 septembre 2014 : L’idée a déjà germé depuis quelques temps, après la construction d’un premier plan et les recherches bibliographiques nécessaires, j’entame la rédaction du roman. Les dix premiers chapitres sont faciles à écrire. Ensuite, à l’approche des fêtes de fin d’année, je ralentis, la période ne s’y prête pas, j’ai des doutes sur certains développements futurs du récit. Je fais une pause. Mon chemin s’éclaire à nouveau en janvier et j’avale les pages.

1 février 2015 : Je mets le point final. Je relis et corrige le tout avant de le soumettre à Cyril, mon prime bêta-lecteur.

10 février 2015 : Après une énième correction et relecture, j’adresse mon fichier à une première maison d’édition. Je la cible en premier lieu, car j’y avais été encouragée et je crois que mon manuscrit leur correspond. Les soumissions, c’est toujours long, je patiente, demande de ses nouvelles en septembre…

Novembre 2015 : je reçois un refus sous la forme d’une réponse détaillée. Il y a des idées intéressantes de « retravail » dans ce qui est dit, d’autres points avec lesquels j’ai du mal à être d’accord. Je m’accorde le reste de l’année pour réfléchir à un remodelage du roman.

Janvier 2016 : je tente un travail de réécriture. Bien vite, je me rends compte que ma première impression était légitime, le récit devient moins cohérent, il perd de sa personnalité, de sa spontanéité. Cela me donnerait moins de soucis de créer une nouvelle histoire complètement différente. Je décide donc d’abandonner et de retenter les soumissions avec ma version originelle.

Avril 2016 : J’envoie à trois maisons d’édition. Pas plus. Je cible celles dont je connais le catalogue et celles qui acceptent les fichiers numériques… C’est que ça finit par être cher d’envoyer des manuscrits !

Eté 2016 : je reçois deux refus.

18 octobre 2016 : La bonne nouvelle tombe, le roman paraîtra chez Magnard !

9 novembre 2016 : Le travail éditorial a commencé. Mélanie, responsable éditoriale chez Magnard Jeunesse, m’envoie la première moitié du roman annotée. Elle en profite aussi pour me montrer la prémaquette du visuel de couverture et je suis enchantée.

30 novembre 2016 : C’est la course, nous sommes arrivées au bout d’une première vague de correction, puis d’une seconde. Les dernières modifications sont enregistrées pour obtenir un récit « propre » pour des épreuves de presse.

12 décembre 2016 : Les épreuves, un trailer du roman ont été présentées aux partenaires presse, aux représentants commerciaux.

19 décembre 2016 : Mon contrat arrive dans ma boîte aux lettres, ainsi qu’un exemplaire épreuves du roman, c’est comme un cadeau de Noël à l’avance !

6 février 2017 : Après un mois de janvier où l’équipe était occupée ailleurs, les échanges reprennent pour affiner les corrections du roman. Valse des fichiers annotés.

2 mars 2017 : La maquette définitive du livre est partie chez l’imprimeur !

6 mars 2017 : Les efforts de promotion commencent à peine — communication sur les réseaux sociaux, envoi de services de presse, inscription à des salons littéraires ou organisation de dédicaces en librairies…

14 avril 2017 : date de parution officielle d’Inséparables. gig

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Anthologie Tombé les voiles

Share Button

couv_ANTHO_TOMBELESVOILES_327x210_FINALFruit d’un appel à textes, du travail de l’équipe éditoriale du Grimoire, des élèves illustrateurs de l’école Jean Trubert et des compositeurs, voici l’Anthologie Tombé les voiles.

Présentée, au salon Livre Paris à la fin mars, l’anthologie est déjà disponible à la commande dans la boutique des éditions du Grimoire. Ses lecteurs voteront pour leur nouvelle, leur illustration et leur musique préférée, les artistes lauréat seront récompensés en 2018 et un roman illustré, prolongement de la nouvelle plébiscitée paraîtra dans la collection Mille Saisons.

Ma nouvelle, Sous un voile d’ombre, est au sommaire :

  • Bison blanc de Philippe Aurèle Leroux, illustrée par Celia Moutailler, mise en musique par Baptiste Lefort
  • Pandore déconnectée de Yvan Barbedette, illustrée par Guilhem Baudry, mise en musique par Colin Cerveaux
  • Noir de Xavier-Marc Fleury, illustrée par Laura Perrault, mise en musique par Alexandre Dedola
  • Edmotype de Edward Noyce, illustrée par Léa Bouzaid, mise en musique par Sarah Adnasse
  • La Machine à café de Johann Vigneron, illustrée par Célia Moutailler, mise en musique par Malik Yahi
  • Indice de récupération de Danu Danquigny, illustrée par Lætitia Ferouelle, mise en musique par Donat Watine
  • Enchanteur des Vents de Fabien Rey, illustrée par Laura Smolarski, mise en musique par Grégoire Levillain
  • Macchabée blues de Francis Jr Brenet, illustrée par Barnabé Buhler, mise en musique par Thomas Tillard
  • Choc de Aaron Judas, illustrée par Marion Benlahoues, mise en musique par Delphine Frassinetti
  • Dame M. de Audrey Salles, illustrée par Thomas Chicault, mise en musique par Elissa Mleiel
  • La Déchirure Kostrowitzky de Gwenael Bulteau, illustrée par Marie Emmanuelle Laporte, mise en musique par Vincent Bucher
  • Évolution de Philippe Deniel, illustrée par Romain Bertuzzi, mise en musique par Corentin Brasart
  • L’Œil du dragon de Rozenn Duchesne, illustrée par Célia Moutailler, mise en musique par Benjamin Buzzi
  • Le Magasin de Aaron Gooris, illustrée par Ryan Haezebrouck, mise en musique par Alois Durupt
  • L’Esprit du péché de Barnett Chevin, illustrée par Juliette Delgado Lallier, mise en musique par Alexandre Bouadroune
  • Où se perdent les vents de Jana Remond, illustrée par Thomas, mise en musique par Sandra Menier
  • Vague Mélodie de Thierry Soulard, illustrée par Laura Smolarski, mise en musique par Sadi Wassel
  • Sous un voile d’ombre de Elie Darco, illustrée par Juliette Delgado Lallier, mise en musique par Quentin Malapel
  • Tartu et la tombée de l’Hiver de Nina Valin, illustrée par Clémence Dupont, mise en musique par Vincent Sergent
  • Nul Sauvetage/Futur fermée de Valentin Desloges, illustrée par Jérôme Savoyen, mise en musique par Gael Perrin
  • Un dernier point de vue de Frederic Gobillot, illustrée par William Zaphiro, mise en musique par Keiichi Sugiyama

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Inséparables, l’histoire de l’écriture d’un roman

Share Button

img_4257Dans un billet futur, je retracerai la chronologie précise de l’aventure Inséparables.   Ici-même, c’est presque la Préhistoire du roman que je vous raconte. Rassurez-vous pas d’atelier de taillage de silex au programme… juste quelques jalons sur : comment le roman a émergé. tic

J’imagine qu’il y a autant d’auteurs, autant de source d’inspiration initiale ou de déclic pour démarrer un récit. L’étincelle pour Inséparables n’avait rien de poétique, d’onirique et ne provenait pas non plus d’un besoin existentiel. Je voulais écrire un roman « young adult ». Je n’aime pas trop les étiquettes, encore moins les sigles anglais à la con, pardon, mais quand c’est affaire de mode, il faut savoir être souple. Avec plusieurs manuscrits SFFF « adultes » dans mes tiroirs et zéro touche en soumission à cette époque, je voulais tenter une autre approche du Grand Méchant Éditeur insaisissable. flap

Mon expérience au tremplin Blackmoon m’avait donné une vague idée des  « goûts et envies » de la direction. Moins de violence, plus de romance, moins de créatures, plus d’aventures, moins d’imaginaire et d’intrigues enchevêtrées, plus de contemporain et de simplicité… et surtout pas de dents longues… Je me suis donc orientée vers l’idée d’un récit un peu psychologique dans le traitement des personnages, mais en même temps nerveux et rebondissant, comme un thriller. Pour ne pas créer de distance avec le lecteur, je l’ai ancré dans un contexte de polar et de légère anticipation et non pas dans de la SF très futuriste. Restait cette histoire de romance et mon impression qu’il était facile de tomber dans le cliché ou le « déjà lu » en usant de cet ingrédient… Tout a déjà été écrit ou presque, on écrit jamais rien de vraiment neuf, le diable se trouve dans les détails… gna, gna, gna, oui, mais pour beaucoup, l’Amour est au centre de toutes les bonnes histoires (cette autopromo que je fais tic). Alors comme primes intérêts affectifs (pour pas écrire love interest), j’ai choisi de raconter les aventures d’un frère et d’une sœur.

Ça, c’étaient mes ambitions de base. Ensuite, l’histoire et les personnages ont pris le pas sur mes bonnes résolutions. Néanmoins, arrivée au point final, j’avais tout de même l’impression d’avoir rempli le cahier des charges. Un tour de soumission plus tard, il apparaissait que la mode avait peut-être encore changé… C’est le travers de l’auteur long à la détente : d’avoir toujours une histoire de retard sur ce qui sort en librairie.

Elle est où la morale ? Y en a pas. On peut plaire de plusieurs façons. L’acceptation d’un manuscrit c’est une affaire de goût et de contexte… J’ai soumis à trois autres éditeurs, dont Magnard Jeunesse. Le facteur chance, qui fait que tu frappes à la porte au bon moment, existe aussi. Cette chance, je l’ai eue, auteurs qui me lisez, je vous la souhaite ! smile

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer