Inséparables, chronologie : du 1e mot à sa sortie en librairie

Share Button

inséparables_chrono15 septembre 2014 : L’idée a déjà germé depuis quelques temps, après la construction d’un premier plan et les recherches bibliographiques nécessaires, j’entame la rédaction du roman. Les dix premiers chapitres sont faciles à écrire. Ensuite, à l’approche des fêtes de fin d’année, je ralentis, la période ne s’y prête pas, j’ai des doutes sur certains développements futurs du récit. Je fais une pause. Mon chemin s’éclaire à nouveau en janvier et j’avale les pages.

1 février 2015 : Je mets le point final. Je relis et corrige le tout avant de le soumettre à Cyril, mon prime bêta-lecteur.

10 février 2015 : Après une énième correction et relecture, j’adresse mon fichier à une première maison d’édition. Je la cible en premier lieu, car j’y avais été encouragée et je crois que mon manuscrit leur correspond. Les soumissions, c’est toujours long, je patiente, demande de ses nouvelles en septembre…

Novembre 2015 : je reçois un refus sous la forme d’une réponse détaillée. Il y a des idées intéressantes de « retravail » dans ce qui est dit, d’autres points avec lesquels j’ai du mal à être d’accord. Je m’accorde le reste de l’année pour réfléchir à un remodelage du roman.

Janvier 2016 : je tente un travail de réécriture. Bien vite, je me rends compte que ma première impression était légitime, le récit devient moins cohérent, il perd de sa personnalité, de sa spontanéité. Cela me donnerait moins de soucis de créer une nouvelle histoire complètement différente. Je décide donc d’abandonner et de retenter les soumissions avec ma version originelle.

Avril 2016 : J’envoie à trois maisons d’édition. Pas plus. Je cible celles dont je connais le catalogue et celles qui acceptent les fichiers numériques… C’est que ça finit par être cher d’envoyer des manuscrits !

Eté 2016 : je reçois deux refus.

18 octobre 2016 : La bonne nouvelle tombe, le roman paraîtra chez Magnard !

9 novembre 2016 : Le travail éditorial a commencé. Mélanie, responsable éditoriale chez Magnard Jeunesse, m’envoie la première moitié du roman annotée. Elle en profite aussi pour me montrer la prémaquette du visuel de couverture et je suis enchantée.

30 novembre 2016 : C’est la course, nous sommes arrivées au bout d’une première vague de correction, puis d’une seconde. Les dernières modifications sont enregistrées pour obtenir un récit « propre » pour des épreuves de presse.

12 décembre 2016 : Les épreuves, un trailer du roman ont été présentées aux partenaires presse, aux représentants commerciaux.

19 décembre 2016 : Mon contrat arrive dans ma boîte aux lettres, ainsi qu’un exemplaire épreuves du roman, c’est comme un cadeau de Noël à l’avance !

6 février 2017 : Après un mois de janvier où l’équipe était occupée ailleurs, les échanges reprennent pour affiner les corrections du roman. Valse des fichiers annotés.

2 mars 2017 : La maquette définitive du livre est partie chez l’imprimeur !

6 mars 2017 : Les efforts de promotion commencent à peine — communication sur les réseaux sociaux, envoi de services de presse, inscription à des salons littéraires ou organisation de dédicaces en librairies…

14 avril 2017 : date de parution officielle d’Inséparables. gig

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Anthologie Tombé les voiles

Share Button

couv_ANTHO_TOMBELESVOILES_327x210_FINALFruit d’un appel à textes, du travail de l’équipe éditoriale du Grimoire, des élèves illustrateurs de l’école Jean Trubert et des compositeurs, voici l’Anthologie Tombé les voiles.

Présentée, au salon Livre Paris à la fin mars, l’anthologie est déjà disponible à la commande dans la boutique des éditions du Grimoire. Ses lecteurs voteront pour leur nouvelle, leur illustration et leur musique préférée, les artistes lauréat seront récompensés en 2018 et un roman illustré, prolongement de la nouvelle plébiscitée paraîtra dans la collection Mille Saisons.

Ma nouvelle, Sous un voile d’ombre, est au sommaire :

  • Bison blanc de Philippe Aurèle Leroux, illustrée par Celia Moutailler, mise en musique par Baptiste Lefort
  • Pandore déconnectée de Yvan Barbedette, illustrée par Guilhem Baudry, mise en musique par Colin Cerveaux
  • Noir de Xavier-Marc Fleury, illustrée par Laura Perrault, mise en musique par Alexandre Dedola
  • Edmotype de Edward Noyce, illustrée par Léa Bouzaid, mise en musique par Sarah Adnasse
  • La Machine à café de Johann Vigneron, illustrée par Célia Moutailler, mise en musique par Malik Yahi
  • Indice de récupération de Danu Danquigny, illustrée par Lætitia Ferouelle, mise en musique par Donat Watine
  • Enchanteur des Vents de Fabien Rey, illustrée par Laura Smolarski, mise en musique par Grégoire Levillain
  • Macchabée blues de Francis Jr Brenet, illustrée par Barnabé Buhler, mise en musique par Thomas Tillard
  • Choc de Aaron Judas, illustrée par Marion Benlahoues, mise en musique par Delphine Frassinetti
  • Dame M. de Audrey Salles, illustrée par Thomas Chicault, mise en musique par Elissa Mleiel
  • La Déchirure Kostrowitzky de Gwenael Bulteau, illustrée par Marie Emmanuelle Laporte, mise en musique par Vincent Bucher
  • Évolution de Philippe Deniel, illustrée par Romain Bertuzzi, mise en musique par Corentin Brasart
  • L’Œil du dragon de Rozenn Duchesne, illustrée par Célia Moutailler, mise en musique par Benjamin Buzzi
  • Le Magasin de Aaron Gooris, illustrée par Ryan Haezebrouck, mise en musique par Alois Durupt
  • L’Esprit du péché de Barnett Chevin, illustrée par Juliette Delgado Lallier, mise en musique par Alexandre Bouadroune
  • Où se perdent les vents de Jana Remond, illustrée par Thomas, mise en musique par Sandra Menier
  • Vague Mélodie de Thierry Soulard, illustrée par Laura Smolarski, mise en musique par Sadi Wassel
  • Sous un voile d’ombre de Elie Darco, illustrée par Juliette Delgado Lallier, mise en musique par Quentin Malapel
  • Tartu et la tombée de l’Hiver de Nina Valin, illustrée par Clémence Dupont, mise en musique par Vincent Sergent
  • Nul Sauvetage/Futur fermée de Valentin Desloges, illustrée par Jérôme Savoyen, mise en musique par Gael Perrin
  • Un dernier point de vue de Frederic Gobillot, illustrée par William Zaphiro, mise en musique par Keiichi Sugiyama

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mon roman, Inséparables sur le chemin de l’édition

Share Button

manuscrits inseparables 1 e1480690046179 207x300 - Mon roman, Inséparables sur le chemin de l’éditionUne très bonne nouvelle ! Roman policier et d’anticipation à destination des adolescents et jeunes adultes, Inséparables a été retenu pour publication par Magnard Jeunesse ! Depuis le mois d’avril, date de sa soumission, mon récit a franchi les étapes du comité de lecture, de la direction éditoriale et, après un travail empressé et enthousiaste, avec mon éditrice, Mélanie, il va être présenté à la presse et aux professionnels du livre sous la forme d’épreuves. Pourvu qu’on lui fasse bon accueil, avant son grand oral avec les lecteurs ! xd

Ci-contre, et parce que ce titre disparaît de mon diaporama des manuscrits en recherche d’éditeur, la petite image que j’avais choisie pour illustrer l’ambiance du récit : forêt, obscurité et brumes mystérieuse…

Bientôt, l’aperçu du futur visuel de couverture mrgreen

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Voter pour le prix Mille Saisons

Share Button

Il y a quelques semaines, je vous annonçais participer à ce prix grâce à ma nouvelle de Science-Fiction, L’arénaire du Deucalion.

L’objet livre est paru, il a été présenté au salon du livre de Paris, ; il est beau, riche de magnifiques histoires et illustrations.

Le prix Mille Saisons sera attribué à l’un des 20 auteurs et des 20 illustrateurs dont les œuvres sont rassemblées dans l’anthologie La Cour des miracles. Grâce à un code présent à la fin du livre, les lecteurs votent pour leurs artistes préférés et décident ainsi de ce que sera la prochaine parution dans la collection Mille Saisons : un roman inspiré de la nouvelle lauréate, sa couverture réalisée par l’illustrateur le plus plébiscité.

Chers lecteurs, faites savoir votre coup de coeur : VOTER ICI.

bannière-prix-mille-saisons-small-360

Pour vous rafraîchir les idées concernant les candidats, les listes des auteurs et illustrateurs sont présentes sur le site de l’éditeur, le Grimoire.

Et si vous n’avez pas encore succombé à l’envie de visiter nos cours des miracles, rendez-vous en boutique pour commander l’anthologie !

Anthologie La Cour des Miracles en souscription

Share Button

couverture-cour-des-miraclesIl y a quelques mois, les éditions Le Grimoire (romans et jeux de rôle) ont lancés un appel à textes sur le thème de la cour des miracles. Grand Coësre, taudis urbain, soldats du guet, confrérie de gueux, de mendigots, d’orphelins se sont invités dans l’imaginaire des vingt auteurs choisis dont j’ai le plaisir de faire partie.

L’anthologie La Cour des Miracles paraîtra en mars. Mais elle est, dès à présent, en souscription dans la boutique des éditions du Grimoire.

Durant la période de souscription, vous économisez les frais de port et aidez à financer le tirage. N’hésitez plus ! L’anthologie a été illustrée par les élèves de l’école Jean Trubert.

Sachez aussi que le Prix Mille Saisons sera attribué à la nouvelle qui aura été la plus plébiscitée par les lecteurs, lesquels pourront voter grâce à un code dans l’ouvrage. Une récompense de 500€ sera accordée au lauréat et surtout, son roman, issu de la nouvelle primée, paraîtra aux éditions Le Grimoire. L’illustrateur le plus cité en composera la couverture.

Lecteurs, c’est vous qui décidez de la prochaine parution dans la collection Mille Saisons !

Mon roman chez Harlequin HQN – de l’écriture à l’édition

Share Button

Le 20 mai, mon roman Petits mystères et grand amour paraît chez harlequin HQN !hqn_harlequin_roman_mai2014

Plutôt que de vous livrer mon énième message promotionnel, voici la petite histoire de son avènement…

Tout commence en avril 2012 par un mail qui arrive un jour dans la boîte « auteur » de mon compagnon. Il s’agit d’une invitation à soumettre un manuscrit de littérature sentimentale à une nouvelle maison d’édition en voie de création…

Quelques blagues et interrogations plus tard – car nous sommes tous deux plutôt portés sur le polar et l’imaginaire -, nous faisons un pari débile : à celui qui parviendra le premier à écrire une romance… (Nous sommes assez coutumiers des paris débiles, de ça et des petites chansons très pauvres en rimes et qui nous donnent, évidemment, le beau rôle.)

Une histoire d’amour, belle, vraie, sans lutins ou combat spatial, sans double meurtre, sans cynisme, avec des sentiments et une happy end à la fin. Bref, un récit qu’on commet pas tous les jours…

Après de vaines réflexions pour trouver la bonne idée, je décide de prendre un cliché à contre-pied (à contre-pied ou presque… )

32 jours plus tard, j’obtiens un premier jet et je gagne mon pari cool (mon chéri mettra deux mois et un temps mort supplémentaire pour en finir.) Mais mon triomphe est de courte durée. On a mal lu les consignes, nos œuvres respectives ne rentrent ni dans les modalités de taille ni dans la ligne éditoriale… peur Quand on est cons…

Après les séances de bêta-lectures et de corrections obligatoires, j’expédie successivement mon manuscrit à neuf maisons d’édition. Finalement, la dixième, à qui j’adresse le « bébé » en avril 2013, me le retient fin juillet.