Archives par mot-clé : tremplin

Prix Mille Saisons 2018, les votes sont ouverts !

Share Button

Bonne nouvelle, il est maintenant possible de voter pour le prix Mille Saisons 2018.

Dans Tombé les voiles, les QR code présents au début de chaque texte, ainsi que celui sur la couverture, sont tous actifs et vous permettent d’accéder à la réalité augmentée de cette anthologie de nouvelles imaginaires : écouter la composition musicale associée à chaque texte.

Ma nouvelle de science-fiction, Sous un voile d’ombre, a ainsi inspirée un morceau de près

Illustration de Juliette Delgado Lallier

de 26 minutes. La musique de Quentin Malapel pose parfaitement l’ambiance étrange de cette enquête en sous-sol, l’atmosphère humide, sombre, inhumaine de l’inframonde.

Vous retrouverez aussi sur ces pages les informations concernant les auteurs, dessinateurs, compositeurs… et bien sûr : des liens pour élire votre illustration, morceau et nouvelle préférés, grâce au code présent sur la 3ème de couverture du livre.

Je rappelle que les lauréats recevront un prix et que le nouvelliste développera une roman autour de sa nouvelle, roman qui paraîtra aux éditions du Grimoire et sera illustré par l’artiste qui aura obtenu le plus de votes !

L’anthologie est disponible dans la boutique du Grimoire ou lors des nombreux salons auxquels participent la maison et les auteurs.

Inséparables, l’histoire de l’écriture d’un roman

Share Button

img_4257Dans un billet futur, je retracerai la chronologie précise de l’aventure Inséparables.   Ici-même, c’est presque la Préhistoire du roman que je vous raconte. Rassurez-vous pas d’atelier de taillage de silex au programme… juste quelques jalons sur : comment le roman a émergé. tic

J’imagine qu’il y a autant d’auteurs, autant de source d’inspiration initiale ou de déclic pour démarrer un récit. L’étincelle pour Inséparables n’avait rien de poétique, d’onirique et ne provenait pas non plus d’un besoin existentiel. Je voulais écrire un roman « young adult ». Je n’aime pas trop les étiquettes, encore moins les sigles anglais à la con, pardon, mais quand c’est affaire de mode, il faut savoir être souple. Avec plusieurs manuscrits SFFF « adultes » dans mes tiroirs et zéro touche en soumission à cette époque, je voulais tenter une autre approche du Grand Méchant Éditeur insaisissable. flap

Mon expérience au tremplin Blackmoon m’avait donné une vague idée des  « goûts et envies » de la direction. Moins de violence, plus de romance, moins de créatures, plus d’aventures, moins d’imaginaire et d’intrigues enchevêtrées, plus de contemporain et de simplicité… et surtout pas de dents longues… Je me suis donc orientée vers l’idée d’un récit un peu psychologique dans le traitement des personnages, mais en même temps nerveux et rebondissant, comme un thriller. Pour ne pas créer de distance avec le lecteur, je l’ai ancré dans un contexte de polar et de légère anticipation et non pas dans de la SF très futuriste. Restait cette histoire de romance et mon impression qu’il était facile de tomber dans le cliché ou le « déjà lu » en usant de cet ingrédient… Tout a déjà été écrit ou presque, on écrit jamais rien de vraiment neuf, le diable se trouve dans les détails… gna, gna, gna, oui, mais pour beaucoup, l’Amour est au centre de toutes les bonnes histoires (cette autopromo que je fais tic). Alors comme primes intérêts affectifs (pour pas écrire love interest), j’ai choisi de raconter les aventures d’un frère et d’une sœur.

Ça, c’étaient mes ambitions de base. Ensuite, l’histoire et les personnages ont pris le pas sur mes bonnes résolutions. Néanmoins, arrivée au point final, j’avais tout de même l’impression d’avoir rempli le cahier des charges. Un tour de soumission plus tard, il apparaissait que la mode avait peut-être encore changé… C’est le travers de l’auteur long à la détente : d’avoir toujours une histoire de retard sur ce qui sort en librairie.

Elle est où la morale ? Y en a pas. On peut plaire de plusieurs façons. L’acceptation d’un manuscrit c’est une affaire de goût et de contexte… J’ai soumis à trois autres éditeurs, dont Magnard Jeunesse. Le facteur chance, qui fait que tu frappes à la porte au bon moment, existe aussi. Cette chance, je l’ai eue, auteurs qui me lisez, je vous la souhaite ! smile

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Tremplin Black Moon, les votes sont ouverts

Share Button

Depuis une petite semaine, le tremplin Black Moon connait sa dernière phase durant laquelle sera choisi le roman lauréat du concours qui trouvera sa place au sein du catalogue de la collection Black Moon de Hachette.

 .

Tremplin-black-moon

 

6 manuscrits sont en lice, parmi lesquels, mon roman De Poison et d’Ombre

Les vitres tremblent, la rumeur de la ville s’assourdit jusqu’à disparaitre, balayée par l’onde sonore. J’ouvre les yeux sur le décor enténébré de mon labo. Je ventouse mes oreilles à l’aide de mes paumes et mastique un chewing-gum imaginaire. Le bruit sourd et blanc pressurise mes tympans. Il enfle encore puis s’éteint tout à coup lorsqu’il avale sa propre déflagration. Bâillant, je me traine jusqu’à la fenêtre, cherchant à discerner les lumières du vaisseau dans le ciel couleur d’argile rose. Je ne vois rien, il est déjà trop loin, hors du champ, ou bien dissimulé par l’oméga-stratosphère, cette couche délétère qui filtre les rayons du soleil pour ne nous en laisser que la lie…

Si ces premières lignes vous plaisent, rendez-vous sur le site de Black Moon pour en lire plus et votez ! smile

 

tremplin_black_moon_de_poison_et_d_ombre_elie_darco

 

De Poison et d’Ombre au tremplin Black Moon

Share Button

Il y a quelques jours, j’avais le plaisir de recevoir un coup de fil des éditions Black Moon Hachette validant la sélection de mon roman De Poison et d’Ombre parmi les 6 finalistes du tremplin d’écriture qui sont :

  • Salmacis par Emmanuelle de Jesus
  • Boys out ! par Rawia Arroum
  • De Poison et d’Ombre par Elie Darco gig
  • Lou Dra par Marie Boulay
  • Les liens d’énergie par Célia Flaux
  • L’enfant papillon par Gabrielle Massat

     .

Retour sur la trajectoire De Poison et d’Ombre

Les quelques lecteurs de ma page « Projets » (doivent être une paire, à tout casser) ont peut-être repéré que ce roman a subi des changements de titres et d’état ces derniers mois. Il s’est doté d’une suite assez récemment, De Fiel et de Sang, que j’ai terminée en juillet, et l’ensemble (j’ai l’idée d’une tétralogie, mais cela peut évoluer, hein tic) s’est vu intitulé l’Archange, à défaut d’un nom de cycle plus accrocheur…

Maintenant que j’ai commencé par la fin, revenons en au début… Si j’en crois mes stats, l’écriture de De Poison et d’Ombre a débuté au printemps 2012, mais l’idée de base de l’histoire date d’une bonne décennie et fut longtemps placée dans la boîte des idées qui n’aboutiront jamais. Je le sentais pas ce « scénar », jusqu’à ce que j’envisage de cibler un public adolescent et jeune adulte. De là, la logique du texte, sa construction en courts chapitres, son style m’ont semblé « aller de soi » et s’harmoniser à cet univers à mi-chemin entre le roman d’anticipation, le fantastique et le récit initiatique.

De Fiel et de Sang, le tome 2 fait davantage la part belle à des éléments relevant de l’intrigue policière ou du roman d’espionnage, quant aux épisodes suivants, De Métal et de Crocs, De Rage et de Nuit, pour l’instant à l’état de « plans » plus ou moins développés dans mon fichier préparatoire, je pense y mêler davantage de ces ingrédients : virologie, politique, cybernétique, ésotérisme, fanatisme religieux, planet-opera. (A voir la liste, comme ça, on a pas envie de manger c’te soupe tic)

 .

Mais j’anticipe gravement sur mon temps futur d’écriture… Pour en revenir à De Poison et d’Ombre, il va prochainement devoir se faire valoir aux yeux des lecteurs qui seront amenés à voter pour départager les 6 manuscrits sélectionnés par le jury Black Moon… Pensez bien que je me fendrai d’un autre « article » pour annoncer la mise en ligne des extraits et l’ouverture des votes. wink