L’arénaire du Deucalion

Share Button

couverture-cour-des-miraclesNouvelle parue dans l’anthologie “La Cour des miracles”, aux éditions Le Grimoire et concourant au prix Mille Saisons.

Nouvelle de science-fiction de 40 000 signes espaces comprises, une gladiatrice moderne, à bord d’un vaisseau-monde en déliquescence, qui lutte pour sa liberté.

Ce récit est la version courte de l’une des aventures space-opéra inscrites au recueil L’errant.

Les premières lignes :

« Il amorce un mouvement de taille à hauteur de mon épaule et le scintillement de sa lame à décharges remplit mon champ de vision de phosphènes. Je romps l’engagement, ma main droite tendue devant. C’était juste ! Dans la senestre, mon arme pique légèrement vers le bas pour l’amener à la faute. Mon adversaire se méfie, l’invite est trop franche. Lentement, nous entamons une nouvelle danse. Pas chassés, pieds glissant de côté, car chaque perte de contact avec le sol peut permettre à nos électro-glaive de mordre plus fermement dans nos chairs. Les éperons fixés à nos talons ne nous garantissent du foudroiement que s’ils se trouvent à moins d’un pouce de la surface de l’arène. Laquelle est un hexagone bleu de vingt mètres de diamètre, un ensemble de couches aux propriétés physiques modifiables, innervé comme une peau et commandé à distance… « 

Voir aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *