Archives par mot-clé : voisine

Petits mystères et grand amour

Share Button

hqn_petits-mysteres-et-grand-amour_elie-darco

  • Romance policière
  • 440 000 signes espaces comprises
  • paru le 20 mai 2014 en numérique aux éditions Harlequin HQN
  • 4.99€ à commander chez Harlequin, Fnac, Amazon, Decitre, Dialogues

 » Tiphaine Granic débute en tant qu’enseignante dans une petite ville huppée près d’Oxford. Après une rupture difficile, la jeune femme est bien décidée à se reconstruire une vie professionnelle et personnelle. À force de quiproquos, Tiphaine côtoie la gentry locale, fait des rencontres et s’étonne des codes de cette bonne société anglaise victime de son snobisme. Elle a pour voisine, une excentrique et amusante vieille dame qui l’entraîne dans une enquête mêlant commérages, mystères historiques, affaires policières et secrets de famille. Tiphaine croit à sa chance de trouver l’amour, mais qui du professeur Peters ou de l’ombrageux Lord Coolidge remportera son cœur ?  »

 

 

 .

 Les premières pages  :

Continuer la lecture de Petits mystères et grand amour

La vieille Margot

Share Button

Nouvelle publiée dans Ananké n°2

Il s’agit d’un texte de 17 000 signes espaces comprises qui s’inscrit dans la tradition des polars campagnards, des faits divers qui sentent le terroir, via l’enquête d’un gendarme à la retraite.

Cette nouvelle a été illustrée par Martine Fassier

C’est ainsi que cela commence :

” L’hampe des tulipes s’est habillée de rosée et les petits cailloux blancs de l’allée luisent dans le frais matin. Gare à la glissade… Avant de tirer la porte derrière moi, je chope mon chapeau et ma canne dans le vestiaire du couloir et je les colle sous mon bras. Ce n’est pas que j’en ai besoin de la canne, je ne suis pas si vieux… mais ça me donne un air respectable. Quand on est un ancien gendarme à la retraite, on se doit, lorsqu’on ne porte plus l’uniforme que les jours d’enterrement, de coller à l’habit mieux que le moine. Et la canne, il parait que ça me rappelle la matraque, c’est du moins ce que disent les garnements du village. Ils n’attendent qu’une chose, pour sûr ! …Que je leur fasse numéroter leurs abatis, à grands coups cinglants dans les mollets. Bah ! Ils ne sont pas bien méchants, je ne les frappe pas souvent… “

Continuer la lecture de La vieille Margot