Archives par mot-clé : disparition

[Projet] Paula la glu a disparu

Share Button
ÉCRITURE
72 000/72 000 signes

Phase : ÉCRITURE

Type : Roman

Genre : Jeunesse, policier

Accroche :  Treize enfants de CM1 sont de retour de leur classe de neige. Avec leur instituteur et leur accompagnatrice, ils doivent faire une courte escale dans une grande gare pour effectuer leur changement. Dehors, il y a des intempéries, et le temps se dégrade encore. Aussi, les trains sont retardés à la mise en place et leur parcours n’est plus assuré. Difficile de cantonner des élèves remuants dans un grand hall de gare. Immanquablement, certains chahutent, ont froid, faim, envie de faire pipi… Six obtiennent de se rendre aux toilettes, avec la recommandation de rester en groupe, de s’attendre les uns, les autres. Mais à la sortie des sanitaires, pas besoin de se recompter, les enfants le remarquent de suite : Paula la glu a disparu !

La vieille Margot

Share Button

ananke2_couvNouvelle publiée dans Ananké n°2

Il s’agit d’un texte de 17 000 signes espaces comprises qui s’inscrit dans la tradition des polars campagnards, des faits divers qui sentent le terroir, via l’enquête d’un gendarme à la retraite.

Cette nouvelle a été illustrée par Martine Fassier

C’est ainsi que cela commence :

” L’hampe des tulipes s’est habillée de rosée et les petits cailloux blancs de l’allée luisent dans le frais matin. Gare à la glissade… Avant de tirer la porte derrière moi, je chope mon chapeau et ma canne dans le vestiaire du couloir et je les colle sous mon bras. Ce n’est pas que j’en ai besoin de la canne, je ne suis pas si vieux… mais ça me donne un air respectable. Quand on est un ancien gendarme à la retraite, on se doit, lorsqu’on ne porte plus l’uniforme que les jours d’enterrement, de coller à l’habit mieux que le moine. Et la canne, il parait que ça me rappelle la matraque, c’est du moins ce que disent les garnements du village. Ils n’attendent qu’une chose, pour sûr ! …Que je leur fasse numéroter leurs abatis, à grands coups cinglants dans les mollets. Bah ! Ils ne sont pas bien méchants, je ne les frappe pas souvent… “

Continuer la lecture de La vieille Margot