Archives par mot-clé : peinture

Travaux à l’aquarelle

Share Button

gorgoneLe père Noël a eu la très bonne idée de m’offrir de l’aquarelle cette année.
24 demi godets dont je commence à peine à appréhender les diverses teintes. (Pour le moment, le vert est mon grand ennemi tic)

Je me cantonne aussi, pour le moment à des petits formats.
Mes premières réalisations à peu près réussies (Hum hum) font l’objet d’une section spécifique dans mon portfolio.
Pour découvrir ma nouvelle galerie c’est par ici wink

Cartonnage, media mixtes pour boîtes et carnets de Noël

Share Button

boîtes_carnets_noel2015Cette année, j’ai renoué avec une sorte de vraie fausse tradition dans ma famille qui vise à fabriquer de ses petites mains des présents pour Noël (tricots, chocolats, statuettes, boîtes… )

Pour réaliser les boîtes, j’ai utilisé des colis en carton ondulé, des boîtes à chaussures, à thé, à sel… tout ce que je mets au conteneur de recyclage habituellement. J’ai doublé et renforcé le fond et les côtés des boîtes, et fabriqué un couvercle, grâce à du carton ondulé bien costaud. J’ai usé d’un scotch kraft pour fabriquer la charnière, finir les arêtes et habiller les rebords.

J’ai ensuite recouvert les boîtes de morceaux de pages d’annuaire. Ce papier fin est humidifié, chiffonné et collé à la colle blanche vinylique. Cela décore et cache les ondulations du carton. J’ai ensuite collé dessus des décors végétaux et mécaniques, découpés dans un carton fin de 200gr environ (de vieilles intercalaires).

Après avoir homogénéisé la couleur de mon support grâce à une couche d’enduit Gesso ou de peinture acrylique blanche, j’ai pulvérisé de l’acrylique diluée (mélange de peinture opaque, nacrée et métallisée). Je tourne la boîte et sèche au sèche-cheveux au fur et à mesure pour « jouer » avec les coulures et les mélanges que cela produit. Après séchage complet, je rehausse les reliefs, grâce à de l’acrylique métallisée. Un coup de vernis et c’est fini.

 .

Pour les carnets, j’ai utilisé les tubes cartons au centre d’un rouleau d’essuie-tout. Coupé, humidifié grâce à un mélange d’eau et de glycérine (dilution 20%, permet d’assouplir le carton) le tube est plié, pressé, roulé en boule doucement avant d’être déplié et aplati au fer à repasser. Après séchage complet, je colle mes décors végétaux et mécaniques, passe une couche de blanc, puis peins et vernis comme décrit ci-dessus. Les pages du carnet sont des feuilles de papier blanc en ramette, plié, massicoté, agrafé ou relié grâce à une spirale métallique. Une prochaine fois, j’essaierai d’utiliser du papier recyclé à partir d’enveloppes par exemple…

Le couvre-carnet de Pascaline

Share Button

IMG_3018Quel auteur n’aime pas composer ses histoires dans un carnet spécialement choisi pour ça ?

Beh moi, par exemple, parce que j’écris directement sur l’ordinateur… mais je connais des amoureux du support papier et du bon vieux stylo qui ont besoin de cette étape. Par exemple, ma copine Pascaline, dont c’est justement l’anniversaire… Ce qui est dommage c’est que la recherche du mot juste entraîne coquilles et raturages et qu’une fois plein, le cahier est remisé au fond d’un placard… en attendant qu’un exégète le déniche. D’où l’idée, d’un protège-cahier, un joli couvre-chef dont l’auteur peut coiffer son carnet pour garder au chaud ses idées…

J’achète donc un carnet A5 et vous présente le reste en images… (survoler les vignettes pour avoir l’explication)

 

Eternité, une peinture à l’acrylique

Share Button

Pour une adepte du numérique comme moi, les media classiques ça fait peur, ça touche à un autre monde… Mais après avoir travaillé à l’encre et à la mine de plomb, j’avais envie d’essayer la peinture, la vraie, celle qu’on appelle parfois »croûte » et qui finit par cacher la misère derrière le réservoir des toilettes. ouf

Sur une toile, faut pas « se louper », alors que sur l’ordi on peut toujours  jouer avec l’historique de son logiciel et remonter le temps pour effacer la dernière touche, celle qui a tout fait rater.

Autre difficulté : la lumière. Pas celle du tableau mais celle de la pièce dans laquelle vous travaillez et qui doit être optimale, comparable d’une fois sur l’autre, pour « voir » littéralement ce qui doit être retravaillé.

Autre aléa inhérent à l’environnement extérieur : la cohabitation avec des félins plus poilus que vos pinceaux mais beaucoup moins utiles à votre tableau, le temps de travail et le temps de séchage (bien moindre quand on bosse à l’acrylique plutôt qu’à l’huile), éviter de travailler le jour d’une coupure d’eau surtout si vos gestes sont pleins de fougue et que vous faites littéralement « corps avec votre art »…etc. xd

Et enfin, différence très importante : on peut plus difficilement improviser avec la « vraie peinture ». Il faut très tôt définir les angles, les reflets, les lumières, les contre-couleurs au risque de devoir repeindre et repeindre, et encore repeindre par-dessus, pour éclaircir une zone par exemple.

Bref, après mon immense expérience qui se compte en mi… deux toiles au total, je me permets de vous présenter un petit et moche step-by-step de mon dernier travail. mrgreen

eternite0Cyril avait envie d’un space art dans les bleus ou les rouges, j’ai donc commencé par faire un petit croquis sur mon carnet et une rapide esquisse sur ma toile, au crayon de papier (faut pas trop appuyer sinon on doit mettre beaucoup de peinture pour faire disparaître des traits). Préalablement j’avais, bien sûr, comme à mon habitude, regardé pas mal de photos et des images de référence.

La déformation qu’on voit dans la zone à gauche et en haut est due à Pixel (chat pénible numéro 1) qui a marché dessus juste avant la photo.

eternite1

Première couche, on définit en gros les couleurs de base avec les zones claires et les zones foncées. J’ai aussi un peu ébauché le relief des mains :

C’est la phase la plus importante selon moi, parce que si vous ne vous trompez pas et que vous avez bien « visualisé » le reste de l’ouvrage, ça ira tout seul.

Deuxième couche on commence à bosser les détails :

j’ai commencé par la partie basse du tableau, les mains et les vagues de glace :eternite2

Puis la partie haute avec les détails de la grosse planète et les nébuleuses :

Enfin j’ai rebossé l’ensemble en accentuant les étoiles, les détails sur la glace et la diagonale « lumineuse » qui part de la nébuleuse, tape la grosse vague et s’échoue au point de jonction des deux mains. Ça, c’est autant pour « affirmer » ma composition que pour donner du sens à la peinture : un sens de lecture en même temps qu’une signification, si vous préférez.

eternite3

Pour ce qui est de la technique en elle-même, je préfère peindre avec une brosse (un pinceau poils durs) au tout début, et prendre des poils doux que pour les petits détails ou les zones où j’applique de la peinture plus diluée afin de « nuancer » les transitions, comme à l’intérieur de la nébuleuse bleue par exemple. Comme cela, je contrôle mieux mon trait en terme de flux ( pour éviter les pâtés comme les manques)

J’ai utilisé 6 tubes d’acrylique : noir, blanc, bleu cyan, jaune, violet permanent et vert turquoise.

Cyril avait demandé du rouge ou du bleu, je lui ai fait quelque chose qui tire pas mal sur le vert, car, très tôt, j’ai opté pour cette contre couleur pour l’horizon et les détails de la planète tandis que j’ai ajouté du rose et du parme sur certaines zones de la glace et bien sûr sur les mains.  A la différence de la peinture numérique, on ne peut pas contraster à la fin, donc si très tôt on adopte des contre couleurs on augmente le relief, le contraste par ce biais.

eternite4

Temps de réalisation estimée : moins de 10 heures (ce qui est un très bon temps pour moi, puisque c’est grosso modo le temps que je mets pour une peinture numérique de difficulté équivalente)

 Enfin voici le scan de ma toile (très proche de la réalité par rapport aux photos ci-dessus). Il vaut mieux scanner avant de vernis la toile et mettre des feuilles ou des cartons dans le dos du chassis pour que les zones claires ne se grisent pas. Ce qui arrive si la lumière du scan traverse grandement la toile.

On peut voir « Eternité », en plus grand dans mon portfolio, dans la section acrylique avec mon autre tableau.

Parution de Plume Rouge n°2

Share Button

Je vous présente une nouvelle publication qui m’intéresse tout particulièrement…  :cy

Après un premier numéro sur le thème du cri, l’équipe bien sympa de Plume Rouge vient de mettre en ligne son second webzine sur les Métamorphes, pour lequel ils ont pris de gros risques :idea: puisque, outre la réalisation de la couverture, j’ai aussi répondu à quelques questions dans le cadre d’une interview (ça fait tout bizarre d’être interviewée  mim )

http://www.plume-rouge.fr/images/webzine/couv_N2.jpgAu sommaire :

Avatar de Cristina Drasco
L’affaire Samsa de Eric Cécile-Parques
Là-haut perché de Patrick Fraszczak
Le cadeau personnalisé de Alice Mazuay
Le retour du balancier de Hans Delrue

Interview de l’illustratrice Elie Darco.

Pour aller le télécharger cliquez sur la couverture

Cette nouveauté sera prochainement sanctionnée par la mise à jour de mon portfolio (enfin si j’ai pas trop la flemme pour ce faire…) avec cette illustration de couverture et une autre, visible dans l’interview, un petit truc rapide fait en speed painting.

Parution de Station Fiction 3

Share Button

SF3.jpghapes="Image_x0020_0" hspace="12" />

L’aventure des Chantiers Imaginaires et de son fanzine Station Fiction continue avec la parution du numéro 3.

Pour ce troisième numéro, j’ai réalisée la couverture, une peinture numérique infernale, intitulée « La route de l’enfer« , déjà visible dans la section SF de mon portfolio .

Avec au sommaire :

Éditorial : Alaric S Thorismond
Page illustrateur : élie DARCO
B.D Odyssée Onirique :« Eitô la lampe d’Ombre » Vain & Swen
Le Père Noël, Arthur Z BALOGH
La nuit tombe sur Sherwood, Olivier BOILE
Par-delà le sang, Cyril CARAU
Hypermarché, Nicolas CHAPPERON
L’Apprentie, Aurélie LIGIER
Ondulations dans l’obscurité, Aleksandar Ziljak (CROATIE)
Canard Cosmique : « le retour du Galaxies HS 41 ! » Alexander Atimer.

Le fanzine est à commander sur cette page, au prix de 4€+1€ de port = 5€ par paypal.