[Chronique de lecture ] Plum’arts n°1

Share Button

Bdromadaires est une association de joyeux graphistes qui lancent là le premier numéro de leur fanzine constitué de BD, d’illustrations et d’une nouvelle illustrée. L’objet, au prix de 3 euros se présente sous format A5, agraphé, avec une couverture couleur glacée du plus bel effet et des pages intérieures en N&B. La particularité de ce fanzine est d’avoir un contenu duel, “grave” ou “comique” selon que l’on commence à lire par le début ou la fin. Une trouvaille originale !

L’édito donne le ton, il s’agit d’un travail amateur mais la mise en page est relativement soignée, bien que pas tout à fait maîtrisée, les éléments s’enchainant apparemment au hasard. On ne sait plus où commencent et finissent certaines BD. Et le gros point faible : la taille des polices, trop petites à lire dans certaines vignettes. Dommage aussi que l’équipe ne se soit pas davantage penché sur le problème et les “pertes” subséquentes à une impression en N&B : il aurait fallu balancer les gris sur certaines planches dont le contraste est insuffisant, dommage le dessin semblait beau !

Pour ce qui est du contenu lui-même, il y en a pour tous les goûts : des aventures burlesques, étranges ou cyniques, des tracés réalistes ou caricaturaux. La palme en revient à Fey pour son illustration Nomade. A Maz pour sa BD Le chanceux : un dessin superbe et une histoire simple mais avec une chute vertigineuse, ainsi que pour ses zozios désopilants. J’ai aussi beaucoup apprécié le magnifique travail graphique de GSMRKOLJ, mais là, les vignettes sont vraiment illisibles sans yeux bioniques.

La très belle illustration de Runi sur la nouvelle piquante mais manquant de maturité de Gari. La blagounette de Gifs-World et de son magichien. L’humour de Dreamer dans Les Reporters Sans limites version strip.

J’attire cependant l’attention de l’asso sur un manque tragique dans ce fanzine : la rigueur orthographique. Il y a des fautes, des erreurs typographiques aussi bien dans les BD que dans la nouvelle, à croire qu’il n’y a eu aucune relecture. Cela fait très mauvaise impression même pour un ouvrage amateur.

Pour un premier numéro, c’est très encourageant et si les soucis certes importants de réglages en pré-impression, de taille de vignettes et de syntaxe sont réparés, nul doute que le second opus gagnera en qualité et en professionnalisme.

Voir aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *